surfingfrance.com

La France termine 5e des Mondiaux de SUP

L'équipe de France termine ses Mondiaux avec quatre médaille, dont le tire mondial de Titouan Puyo. L'équipe de France termine ses Mondiaux avec quatre médaille, dont le tire mondial de Titouan Puyo.  © Photo FFSurf

Eric Terrien a pris la quatrième place de la Technical Race, ultime course individuelle des championnats du monde de Stand Up Paddle, ce dimanche à Granada, Nicaragua. Épuisé par ses efforts de la veille pour aller chercher la médaille d'or, Titouan Puyo termine 7e. Même place, et déception, pour Céline Guesdon chez les dames.
En Paddleboard, la vice-championne du monde de SUP Surfing, Caroline Angibaud, prend une très belle 6e place.
La France achève ses Mondiaux 2014 au 5e rang par équipes avec une médaille d'or, une médaille d'argent et deux de bronze. Un classement honorable mais entaché par une disqualification discutable en relais qui la prive du podium.

 

 

Quel mental ! Eric Terrien est allé puiser au fond de lui pour accrocher la quatrième place de la Technical Race. Malgré un bon départ, le Français s'est retrouvé en queue de premier peloton de tête, incapable de revenir à hauteur de l'intenable trio mené par le Danois Casper Steinfath, l'Australien Lincoln Dews et l'Américain Slater Trout. 

Revenu dont ne sait où

A mi-parcours, on ne l'imaginait même plus à la bagarre pour les places d'honneur. Et puis, encouragé par Titouan Puyo, à ses côtés, Terrien a entamé une folle remontée, passant de la 8e à la 4e place lors d'une dernière boucle de feu. Dommage qu'il n'y ait finalement pas eu 500 m de plus car Terrien aurait pu réaliser un incroyable exploit. Celui qu'il a fait est déjà énorme. A 32 ans, le « Canarien » d'adoption prouve qu'il a bel et bien sa place parmi les tout meilleurs. Et si la déception du gagnant qu'il a toujours été se traduisait dans son regard et ses quelques mots échangés sur la ligne d'arrivée, il peut quitter le Nicaragua la tête bien haute. 

Puyo dans le rouge

Véritablement usé physiquement et sans doute encore sous la charge émotionnelle de son titre mondial dans la Longue Distance la veille, Titouan Puyo, lui, n'a pas été dans le tempo de cette finale. Fermant la marche du peloton de tête, le Calédonien a regardé le train s'étirer inexorablement devant lui sans pouvoir le rattraper. S'il est taillé pour l'endurance, il lui faut désormais travailler sa vitesse pour espérer prochainement s'immiscer dans cet autre terrain. Mais laissons-le fêter son titre. A seulement 23 ans, il a de belles et longues années devant lui.

Déception pour Céline Guesdon

Au rayon déception, comment ne pas avoir une pensée pour Céline Guesdon ? Arrivée au Nicaragua avec l'ambition de monter une, voire deux fois, sur le podium mais qui rate ses deux courses (Longue Distance et technical Race). Des 6e et 7e places qui ne reflètent véritablement pas son talent. Mais qui sont la facture pour deux erreurs tactiques qu'elle paye cash. Il lui faudra apprendre de ses premiers championnats du monde dont elle ne peut que sortir riche d'une nouvelle expérience.

Angibaud 6e mondiale en Paddleboard !

Comme la veille, mention spéciale à nos deux surfeurs, Caroline Angibaud et Antoine Delpero, qui sont allés au bout de l'effort physique en participant à la course technique en Paddleboard. Delpero prend la 15e place et Angibaud la… sixième ! Bel exploit pour la vice-championne du monde dans les vagues de la Boquita mardi dernier.

Dans la cour des grands

Les Mondiaux 2014 s'achèvent sur un sentiment mitigé pour le clan français. Il y a tout d'abord le titre de Titouan Puyo qui permet au SUP français d'entrer définitivement dans la cour des grands après le titre en surf de Delpero (2012). Il y a aussi trois autres médailles, l'argent d'Angibaud et les deux bronze de Terrien et Delpero. Il y cet un esprit d'équipe, cette franche camaraderie, ces moments émotionnels forts.

Le podium par équipes, si près, si loin

Mais il y a aussi ce podium par équipes sur lequel la France aurait dû monter mais qu'elle a regardé de loin. Cinquième au classement général des nations, elle paie lourdement sa disqualification du relais. La faute à un règlement pour le moins très flou. Malgré tous ses efforts pour que l'ISA revienne sur sa décision, l'équipe tricolore se voit privée d'une médaille qui aurait consacré cette formidable cuvée. Sans spécialiste du Paddleboard (discipline dépendant en France d'une autre Fédération), pénalisée par un point du règlement qui ne figure pas dans le rules book du relais, la France est toutefois la cinquième nation mondiale. Il n'y a qu'à observer les autres pays pour comprendre que son ascension dans la hiérarchie mondiale fait peur. 

 

RÉACTIONS

Eric Terrien : « Il me manquait un peu d'énergie, je crois. J'étais vraiment fatigué après les efforts consentis hier. Même si ce n'est pas une excuse car tout le monde était fatigué après la Longue Distance. J'ai cru que cette place allait me passer sous le nez. J'ai remonté tout au long de la course. Je ne suis pas mécontent de finir quatrième. J'aurais pu faire mieux mais je suis quand même satisfait. Les consignes étaient de ne pas stresser. On savait que ça allait ramer vite. et quand cas de coup dur, il fallait temporiser. Je me suis retrouvé dans une position peu confortable (8e place). J'ai pris sur moi, j'ai attendu l'opportunité. Et sur l'avant-dernier bord, j'ai profité d'un bump pour attaquer et gratter deux places. Titouan (Puyo) m'a réveillé, il m'a dit : « Il faut attaquer ». Comme il y avait un trou avec le second groupe, je me suis dit : « je n'ai plus rien à perdre ». Jusqu'à l'arrivée, je me suis dit que ce n'était pas terminé, que s'il y avait une chute, je pouvais prendre la 3e place. En milieu de course, je ne croyais même pas à la 4e place. Mon bilan est beau mais j'étais venu sur ces championnats pour la médaille d'or. Après le titre de Titouan (Puyo), on se disait qu'on pouvait encore prendre un titre ce dimanche. Lui ou moi. On savait que ce serait plus dur sur ce format très rapide. Personnellement, c'est plus facile de faire moins bien que mes places de 3e et 4e sur ces Mondiaux. Mais mes objectifs ne sont pas atteints car je voulais qu'on obtienne les deux premières places sur les deux courses. »

Titouan Puyo : « J'étais vraiment très fatigué aujourd'hui. J'ai eu du mal physiquement. J'ai pris un bon départ mais j'ai eu du mal à entrer dans le draft (aspiration dans le sillage, ndlr) avec le groupe de tête. J'ai fermé la course du peloton de devant. Ma tête voulait que j'accélère, pas mes muscles. J'ai tenté des attaques mais je n'y suis pas arrivé. Je n'ai pas de regrets. Courir à deux Français a été top : on transforme un sport individuel en un sport d'équipe. Je savais qu'Eric (Terrien) est fort en fin de course. Je lui ai proposé d'ouvrir mais je n'y suis pas arrivé. Il s'est débrouillé seul et il a fait une fin de course superbe. Mon bilan personnel est magnifique. Je suis champion du monde. Heureux. Je sais aussi qu'il me faut encore travailler, notamment sur les courtes distances. J'arrive souvent plus fatigué sur une Beach race de 4 km que sur une course de 18 ! J'espère en faire davantage à l'avenir. Il va me falloir acquérir de l'expérience. Je vais maintenant aller à Sainte Maxime (Méditerranée) pour la Sup Race Cup (fin mai). Ça va me faire plaisir de retrouver les Français pour partager mon titre avec eux. Puis il y aura les World Series (tour mondial professionnel) à Bilabo (Espagne) dans un mois. »

Céline Guesdon : « J'ai pris un mauvais départ. Je me suis placée à gauche en pensant éviter le clapôt des concurrentes. Mauvaises option car je me suis retrouvée toute seule et les filles devant moi ont très vite drafté. Dès la première bouée, j'ai su que c'était fini pour moi. Toutes les filles étaient placées. Je me suis battue pour essayer de remonter les concurrentes devant moi, une par une. Mais j'ai aussi chuté. A chaque fois que j'en passais une, je tombais et je reperdais une place. J'ai raté cette course. Mais j'apprends de mes erreurs. Ça me servira pour le futur. J'ai pas mal échangé avec les meilleures mondiales ici. C'est très intéressant pour mon avenir. L'équipe de France m'a aussi apporté énormément. Etre en équipe, c'est vraiment très porteur. Voir les autres réussir, voir Titouan Puyo gagner, c'était génial ! »

 

LES CLASSEMENTS

SUP TECHNICAL RACE MESSIEURS 

1. Casper Steinfath (DEN) 29'20

2. Lincoln Dews (AUS) 29'23

3. Slater Trout (USA) 29'26

4. Eric Terrien (FRA) 29'39

5. Fernando Stalla (MEX) 29'41

6. Vinícius Martins (BRA) 29'43

7. Titouan Puyo (FRA) 29'45

8. Chuck Glynn (USA) 29'47

9. Javier Jimenez (MEX) 30'40

10. Toby Cracknell (AUS) 30'48

SUP TECHNICAL RACE DAMES

1. Shakira Westdorp (AUS) 31'27

2. Lina Augaitis (CAN) 31'33

3. Jenny Kalmback (CRI) 31'46

4. Shae Foudy (USA) 33'33

5. Barbara Brazil (BRA) 33'36

6. Laura Quateglas (SPA) 33'43

7. Celine Guesdon (FRA) 33'57

8. Marie Buchanan (UK) 34'08

9. Edimar Luque (VEN) 34'50

10. Karen Jacobson (MEX) 36'13

PADDLEBOARD TECHNICAL RACE MESSIEURS 

1. Rhys Burrows (AUS)

2. Andrew Newton (NZL)

3. Rory Chapman (AUS)

…16. Antoine Delpero (FRA)

PADDLEBOARD TECHNICAL RACE DAMES

1. Jordan Mercer (AUS)

2. Carter Craves (USA)

3. Itziar Abascal Rivero (SPA)

4. Ashley Cochrane (NZL)

5. Gaby Farias (MEX)

6. Caroline Angibaud (FRA)

RELAIS

1. Australie

2. USA

3. Espagne

4. Brésil

5. Pérou

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL PAR NATIONS

1. Australie 16.750 pts

2. USA 13.100 pts

3. Brésil 10.667 pts

4. Espagne 10.501 pts

5. France 9.532 pts

6. Mexique 9.398 pts

7. Afrique du Sud 9.032 pts

8. Pérou 8.671 pts

9. Venezuela 8.266 pts

10. Nouvelle-Zélande 8.261 pts

Cliquez ici pour voir le classement complet 

 

LE BILAN DE L'ÉQUIPE DE FRANCE

5e place par équipes

1 titre de champion du monde : Titouan Puyo (SUP Longue Distance)

1 médaille d'argent : Caroline Angibaud (SUP Surf)

2 médailles de bronze : Antoine Delpero (SUP Surf), Eric Terrien (SUP Longue Distance)

4e place : Eric Terrien (SUP Technical Race)

5e place : Jérémy Massière (Sup Surf)

6e places : Céline Guesdon (SUP Longue Distance), Caroline Angibaud (Paddleboard Technical Race)

7e places : Titouan Puyo (SUP Technical Race), Céline Guesdon (SUP Technical Race)

11e place : Caroline Angibaud (Paddleboard Longue Distance)

15e place : Antoine Delepro (Paddleboard Technical Race)

16e place : Antoine Delepro (Paddleboard Longue Distance)

 

L'ÉQUIPE DE FRANCE

SUP Surfing : Antoine Delpero (Biarritz, pays basque), Jérémy Massière (Biscarrosse, Landes), Caroline Angibaud (Sables d'Olonne, Vendée)

SUP Racing : Eric Terrien (Plaine/Mer, Loire Atlantique), Titouan Puyo (Nouméa, Nouvelle-Calédonie), Céline Guesdon (Cannes, Côte d'Azur)

Staff : Stéphane Corbinien (team manager), Serge Lougarot (coach), Thierry Durantel (médecin), Stéphane Sisco (médias)

Vidéo associée

Dernière modification le : 12 mai 2014
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 Région Nouvelle Aquitaine Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz