surfingfrance.com
  • Accueil
  • Haut Niveau
  • Equipe de France
  • Actualités
  • La France vice-championne du monde des nations 2016

La France vice-championne du monde des nations 2016

La France vice-championne du monde des nations 2016  © FFSurf
Quatrième du relais ce dimanche à Denarau, l’équipe de France termine à la deuxième place des championnats du monde de Stand Up Paddle et Paddleboard 2016 aux Fidji. Pour la première fois de son histoire, la France, enfin au complet pour cette 5e édition, monte sur le podium des Mondiaux. Une performance qui n’est pas un exploit tant les tricolores ont démontré qu’ils étaient des patrons en surf, race et prone paddle. La montée en puissance est une réalité. Vivement 2017 !

Après la journée dantesque de Sup surf, samedi sur le spot de Cloudbreak, la dernière épreuve des championnats du monde fidjiens s’est tenue ce dimanche à Port Denarau. Dans un cadre une nouvelle fois idyllique, les 15 équipes engagées avaient 2000m à parcourir en relais. Le parcours autour d’un îlot dans la mangrove proposait quatre bouées à doubler par tribord. Deux Stand Up Paddle et deux Prone Paddle étaient engagés et la France avait choisi Olivia Piana, Flora Manciet, Julien Lalanne et Arthur Arutkin pour la représenter.
Arutkin part avec 30 secondes de retard
Après s’être sortie d’une qualification très relevée devant l’Australie et en éliminant l’Afrique du Sud, le quatuor bleu retrouvait la finale aux côtés des Australiens, de la Nouvelle-Zélande, des Etats-Unis, de Hawaii et de l’Espagne. Rapidement, les deux pays du Pacifique sud se détachaient, notamment en prone. Dans le dernier relais, Arutkin et Kai Lenny (Hawaii) partaient avec 30 secondes de retard. Au prix d’un incroyable effort, les deux hommes revenaient à portée de pagaies. Lenny accélérait de façon incroyable pour offrir le titre mondial du relais à Hawaii devant la Nouvelle-Zélande et l’Australie, alors qu’Arutkin et la France restaient au pied du podium pour une poignée de secondes. Mais quelle course !
Enfin le podium des nations
Ce résultat permet néanmoins à l’équipe de France de terminer la semaine fidjienne en beauté. Surtout, il rapporte de nouveaux points et voici les Français, enfin, sur le podium des championnats du monde de Stand Up Paddle et Paddleboard. Après avoir flirté avec la boite en 2014 au Nicaragua (5e place) et l’avoir vu de très loin l’an dernier au Mexique (11e), la France monte enfin dessus et, mieux, repart du Pacifique avec la médaille d’argent des nations autour du cou de ses 14 représentants, athlètes et staff compris. Son bilan : quatre médailles d’argent, quatre médailles de bronze et trois médailles de cuivre pour ses 4e places.
L’Australie récupère son titre
Un seul pays devant elle : l’Australie et ses terribles prone paddleurs qui ont fait une razzia dans la discipline, sans oublier sa surfeuse Shakira Westdorp, championne du monde dans des vagues de 3 mètres samedi. Vainqueurs des trois premières éditions, les Kangourous avaient vu le titre leur échapper l’an dernier en Amérique latine. Les voici d nouveau sur le toit du monde. Derrière l’équipe de France, et dans l’ordre : la Nouvelle-Zélande, Hawaii et les Etats-unis, champions sortant. Ce résultat démontre que le Stand Up Paddle français est sur le bon chemin. Nation N.1 en Europe depuis les premiers EuroSup, en juin dernier à Lacanau, les tricolores sont aujourd’hui la deuxième nation mondiale.
La France devant les Etats-Unis
L’excellent travail des entraîneurs, des clubs, des ligues, de la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Surf tire vers le haut niveau la génération en argent actuelle. Et permet à celle de demain de viser le plus beau métal. L’International Surfing Association l’a répété par la voix de son président Fernando Aguerre ces jours-ci aux Fidji : le Stand Up Paddle a des chances d’intégrer le programme olympique en 2024. La France soutient les efforts de la fédération internationale et a déjà débuté son travail de détection, de formation et d’accompagnement des espoirs français pour les accompagner vers d’autres échéances internationales et, pourquoi pas, aux Jeux Olympiques dans 8 ans.
Rendez-vous au Danemark en attendant... Tahiti
Les Mondiaux ont maintenant rendez-vous dans un an, dix mois exactement, au Danemark pour la sixième édition. Copenhague et son triple champion du monde Casper Steinfath attendent le monde du Sup. Tahiti, elle, a officieusement posé sa candidature pour 2018.

RÉSULTATS RELAIS
1. Hawaii, les 2000m en 17’58’’85
2. Nouvelle-Zélande en 18’00’’15
3. Australie en 18’00’’70
4. France en 18’08’’15
5. Etats-Unis en 18’46’’57
6. Espagne en 19’35’’03
7. Pérou, Afrique du Sud, Japon
10. Grande-Bretagne, Canada, Argentine
13. Argentine, Suède, Fidji, Porto Rico

LE CLASSEMENT GÉNÉRAL FINAL DES NATIONS
1. Australie : 11.959 pts
2. France : 10.573 pts
3. Nouvelle-Zélande : 10.049 pts
4. Hawaii : 10.029 pts
5. USA : 9.883 pts
Le classement général complet ici : http://isaworlds.com/sup/2016/pdf/WSUPPC_2016_team_points_final.pdf

L’ÉQUIPE DE FRANCE
SUP Surfing
Jeremy Massière (Landes), 7e place
Benoit Carpentier (Bretagne), 9e place
Caroline Angibaud (Vendée), 4e place
SUP Racing
Titouan Puyo (Nouvelle-Calédonie), vice-champion du monde en longue distance et 4e en beach race
Arthur Arutkin (Nord), 3e en beach race et en longue distance, 4e du relais
Olivia Piana (Var), vice-championne du monde en longue distance et en beach race, 4e du relais
Paddle Racing
Julien Lalanne (Landes), 7e en longue distance et 8e en beach race, 4e du relais
Jeremy Camgrand (Pyrénées atlantiques), 12e en longue distance et 13e en beach race
Flora Manciet (Landes), 3e en longue distance et en beach race, 4e du relais
Staff
Président de la FFSurf : Jean-Luc Arassus
Team manager : Stéphane Corbinien
Coach : Serge Lougarot
Médecin : Pascal Depaire
Média : Stephane Sisco
Chef juge: David Noirrit
Dernière modification le : 20 novembre 2016
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz