Justine Dupont : « Cette équipe de France est solide »

Justine Dupont : « Cette équipe de France est solide »  © FFSurf/Guillaume Arrieta

Justine Dupont remonte sur un longboard pour les Mondiaux de Biarritz après un hiver de grosses vagues, marqué par des récompenses et une blessure. Championne d'Europe en titre, elle vise le titre mondial avec ses copains de l'équipe de France. 

Toutes les infos sur les Mondiaux de longboard ici : www.MondiauxLongboard2019.fr



Qu'est-ce que cela fait d'être sélectionnée en équipe de France pour ces Mondiaux de longboard ?
Je suis très contente. Et soulagée de savoir que je vais faire partie de cette aventure. J'ai disputé mes premiers championnats du monde à l'âge de 15 ans, à la Côte des Basques. J'avais fait deuxième. J'ai participé à de nombreux Mondiaux de longboard, même si j'ai ralenti le rythme ces dernières années. J'aime beaucoup le spot de la Côte des Basques, il y a une grande histoire avec le longboard là-bas.

Parles-nous des équipes de France, toi qui va enchaîner une 3e sélection en trois ans sur trois supports différents : Sup 2017, surf 2018 et longboard 2019...
J'aime bien ces différentes expériences. Avec le shortboard, il y a plus de pression, plus de sérieux dans toute l'approche. Le SUP, c'est la diversité des épreuves avec des disciplines différentes : surf et race, ainsi que le paddleboard. Il y a une belle mixité qui est très enrichissante. Le longboard, c'est petit comité. Une petite famille pendant 10 jours. On vit dans un petit cocon. On se connait tous. J'aime donc bien toutes les équipes de France, chacune avec ses spécificités.

Parles-nous de cette équipe de France 2019...
L'équipe est parfaite. Je suis très heureuse de retrouver Antoine et Edouard Delpero, avec lesquels on avait gagné le titre mondial en 2013 au Pérou. Il n'y avait qu'une seule fille à cette époque. Là, on sera deux avec Alice Lemoigne, que j'apprécie beaucoup.

Tu as repris le longboard il y a quelques jours seulement. Quelles sont tes sensations ?
J'ai repris au lendemain du QS de Zarautz, samedi dernier. J'ai l'impression de recommencer quelque chose. Mais je progresse de session en session. C'est excitant. Je me suis retrouvée à l'eau il y a quelques jours avec les Delpero et Alice. C'était chouette d'échanger avec eux. Et aussi de discuter avec Antoine. Il me connaît depuis longtemps, il connaît mon surf. Il m'a toujours vu en compétition. C'était bien d'avoir son avis sur mon surf, sur ce que je dois travailler d'ici les Mondiaux. Cette fois, je vais avoir pas mal de temps pour m'entraîner : plus de deux semaines pleines avant le début de la compétition.

« Aucun autre résultat que gagner ne nous satisfera ! »

Que représente le longboard dans ta carrière et dans l'univers surf que tu t'es créé ?
Je dirais un équilibre. Ça me permet de rester proche des valeurs du surf des débuts. J'en fais depuis mes débuts. C'est ma base. C'est aussi le longboard qui m'a permis de performer dans les grosses vagues. Il apporte des appuis différents d'un shortboard, il permet d'être capable de bouger des grandes planches. Dans les grosses vagues, je vais puiser dans le côté extrême, sortir de ma zone de confort. Avec le longboard, je vais me ressourcer. Quand je remonte sur un longboard, je relative, je m'apaise. J'ai une vision de la vague en globalité.

Quels objectifs as-tu sur ces Mondiaux ?
Par équipes, on doit gagner ! On n'a pas le choix. Et à titre personnel, je dois gagner aussi. Je n'ai pas le choix non plus (rires). Au Pérou, on avait gagné. On est attendus. En plus en France. En 2017, l'équipe de France a gagné les Mondiaux de surf à Biarritz. Aucun autre résultat ne nous satisfera. En individuel, j'ai déjà fait toutes les places d'honneur et il n'en reste qu'une qui pourra me combler. Ce sont de gros objectifs mais je m'implique pour y arriver. Le niveau a bien augmenté, c'est certain. Mais la France est solide. Et je vais m'appuyer sur mon expérience en surf, qui est un gros plus, pour y arriver.

Tu es la représentante des athlètes auprès de l'ISA en tant que Surfer's Chairman. Va-t-on aussi te voir aux côté des officiels sur ces Mondiaux…
Je ne pense pas. Mon implication est davantage sur le surf avec les Jeux Olympiques qui approchent. Mais s'il y a des choses à faire sur ces mondiaux, je les ferai avec plaisir. Je ferai évidemment un retour à l'ISA après la compétition, après avoir discuté avec les athlètes des autres pays. Je sera accessible pour tous s'ils veulent en parler avec moi.


Lire la Biographie de Justine Dupont

 

 

Dernière modification le : 16 mai 2019
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

 ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France BleuLogo mycoachsport noir