J-1, Medi Veminardi : « Je n'aime pas avoir quelqu'un devant moi »

Troisième des championnats l'an passé, le Réunionnais medi Veminardi va tenter de s'imposer cette année. Troisième des championnats l'an passé, le Réunionnais medi Veminardi va tenter de s'imposer cette année.  © Photo FFS

Championnats de France, Bretignolles-sur-Mer (19-27 octobre) - Médaillé de bronze des championnats 2012, Medi Veminardi est la tête de série n.1 en Vendée. L'ancien champion d'Europe ASP juniors sort d'une saison compliquée et veut à tout prix boucler l'année sur un titre à l'occasion de la dernière compétition à son calendrier.

Quand on te dit Vendée, à quoi penses-tu ?
Je pense au froid, ça c'est certain… Mais j'adore la Vendée, je trouve les gens vraiment plus accueillants que dans certaines autres régions de France. 

On t'avait quitté sur une finale l'an dernier à Anglet, on te retrouve tête de série n.1 en Vendée. Tu es l'un des grands favoris de ces championnats, on se doute que l'envie de gagner est forte…
L'année dernière, je n'avait quasiment pas surfé et je ne m'étais pas entrainé car je m'étais blessé un mois avant. Cette année, c'est quasiment la même chose mais pour d'autre raisons qu'une blessure. J'ai aussi appris que je faisais les championnats il y à peine dix jours. Mais peu importe les circonstances, l'envie de gagner reste et seras toujours là. Jamais je n'aimerais voir quelqu'un devant moi, que ce soit en surf ou dans autre chose, et je ne m'en cache pas. 

Pourquoi n'es-tu pas à Cascais, au Portugal, ne devais-tu pas avoir une wild card sur les deux Primes européens ?
C'est pour cela que j'ai appris ma participation aux France à la dernière minute… À une place près, je rentrais sur le Prime avec la wild card, mais à cause du nombre important de surfeurs du WCT faisant le Prime, Nic von Rupp n'a pu rentrer dans la compétition et à donc eu la wild card à ma place…

Comment analyses-tu cette année ? Tu n'as pas été à la fête, pourquoi ce manque de résultats ?
Cette année a été la plus dure de ma carrière, mais c'est ce genre d'années que j'aime… c'est la qu'on apprend le plus. J'ai perdu mon sponsor principal alors que je me lançais juste sur le circuit WQS. J'ai eu beaucoup d'autres choses hors-surf à régler. Question résultats : c'était la crise à l'ASP niveau QS et j'ai fait à peine 6 ou 7 compétitions, sortir un ou deux gros résultats sur 15 compets c'est très faisable, mais en sortir en mettant le lycra une fois tous les deux mois c'est autre chose… Ceci dit, je n'ai pas d'excuse. Je n'en tire que du positif! Comme dit mon idole : « Tough times don't last … But tough people do » (les périodes difficiles ne durent pas, les gens coriaces si, ndlr).

Tu conserves toutefois la confiance des sélectionneurs français qui t'ont appelé en équipe de France pour l'Eurosurf des Açores. Equipe, avec laquelle tu as remporté le titre continental. Racontes nous ces championnats, une expérience supplémentaire et un moment d'échanges importants avec les coaches, non ?
Oui c'était une super expérience, je suis content d'avoir revu de bon potes et d'avoir rencontré de super personnes, content d'avoir revu quelques idiots aussi ! C'est surtout le relationnel avec les coaches qui m’intéresse, prendre le maximum de ces dix jours, pour parler et m'entraîner.

 

Dernière modification le : 18 octobre 2013
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP