L'accompagnement du haut niveau, une « fusée à 3 étages »

Stéphane Corbinien (deuxième à à droite) et Nicolas Berthé (à gauche) lors du QS de Santa Cruz il y a quelques jours au Portugal, en compagnie des surfeurs Léo-Paul Etienne, Thomas Debierre et Jorgann Couzinet. Stéphane Corbinien (deuxième à à droite) et Nicolas Berthé (à gauche) lors du QS de Santa Cruz il y a quelques jours au Portugal, en compagnie des surfeurs Léo-Paul Etienne, Thomas Debierre et Jorgann Couzinet.  © FFSurf et WSL

Stéphane Corbinien, directeur de la performance à la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Surf, dresse le bilan de la première partie de la saison 2019 (janvier-avril) sur l'accompagnement des sportifs de haut-niveau. Les Jeux Olympiques de Tokyo-2020 et ceux de Paris-2024 conditionnant fortement ce suivi.


Cet accompagnement de la Fédération, qui a débuté en janvier, est représenté par la DTN comme une fusée à trois étages. « On a trois catégories : le public Réservoir, le public Relève et le public Elite JO-2020. Notre volonté est d'accompagner ces trois publics tout au long de la saison pour permettre au surf français d'être performant », explique Stéphane Corbinien.

Dans le détail, cette « fusée » se décompose comme suit :

50905795 2111246612301251 1457059537679810560 o1. Premier étage, le public Réservoir.
Il s'agit de l'accompagnement des juniors. « Il y a tout d'abord eu le stage national d'hiver, en janvier-février, en Afrique du Sud, pour la préparation de la saison, note Corbinien. Tout au longe la saison, les techniciens de la DTN vont se relayer pour accompagner nos jeunes sur les Junior Pro en Europe. »
La DTN était ainsi présente, avec les cadres techniques nationaux Jean-Robert Vignes et Serge Lougarot, sur les deux premières étapes du circuit européen à Espinho et Caparica, au Portugal, où les Français Justin Bécret et Kauli Vaast se sont imposés.

2. Deuxième étage, le public relève.
« C'est la catégorie qui a le potentiel pour les Jeux olympiques de Paris-2024. Un public assez large qui va des très jeunes Open à ceux qui ont davantage d'expérience sur le circuit. » Plusieurs rendez-vous ont déjà été pris pour l'accompagnement des surfeurs.
A commencer par le QS 1.500 de Tenerife (4-10 février), sur lequel Frédéric Robin s'est rendu, et où les Bleus se sont illustrés, notamment Tim Bisso qui remporte la compétition. Stéphane Corbinien et Nicolas Berthé se sont ensuite déplacés en Australie durant 3 semaines pour les deux QS 6.000 successifs de Newcastle (11-17 mars) et Manly (18-24 mars). « Il y avait un focus particulier sur le public féminin car la France doit aller chercher une seconde place pour les Jeux de Tokyo (Johanne Defay étant la seule française sur le CT, ndlr) et de Paris-2024. » Cannelle Bulard à Newcastle et Vahine et Fierro à Manly ont chacune fait un gros résultats en se hissant en demi-finales. Chez les messieurs, Charly Quivront fait 5e à Newcastle.
9a7622da7b4f11e5898ea6ef7aab5817En avril, le duo Corbinien-Berthé a enchaîné avec le QS 3.000 de Santa Cruz (8-13 avril), au Portugal. Une compétition sur laquelle les Français Nomme Mignot, Tim Bisso et Thomas Debierre, jeune Open qui performe pour sa 1ère année, « et qui représente la génération Paris-2024 » dixit Corbinien, se sont bien comportés en se hissant jusqu'en quarts de finale. Quant à Jorgann Couzinet, il fait une demi-finale « mais pouvait gagner » assure le directeur de la performance. Dans la foulée, Jean-Robert Vignes et Serge Lougarot ont supervisé les Français à Caparica (QS 3.000 et 1.000 dames), « avec là aussi de très belles performances de nos surfeurs, puisque Pauline Ado s'impose et Couzinet atteint la finale », ajoute Corbinien.
Pour compléter ce beau début de saison tricolore sur le QS, on citera la victoire de Gatien Delahaye sur le 3.000 de Punta Hermosa au Pérou (27-31 mars) et celle de Tim Bisso sur le 1.500 de Dakar au Sénégal (27-31 mars).

3. Troisième étage, le public Elite JO-2020.
e8e6b6587e95356d61d6563f975ff0bd LFin mars, Fred Robin s'est déplacé sur la Gold Coast, en Australie, pour la première étape du Championship Tour (3-13 avril), le circuit élite de la World Surf League. A Coolangatta, le technicien a participé aux entraînements et à la compétition des quatre Français engagés sur le CT 2019 qualificatifs pour les JO de Tokyo-2020 : Johanne Defay, Joan Duru, Michel Bourez et Jérémy Florès. Le quatuor est potentiellement qualifiable pour les prochains JO. Robin a accompagné les Tricolores durant 16 jours, soit : avant, pendant et après la première compétition de la saison. Sur laquelle Defay a atteint les quarts de finale, Bourez les 8es, Florès et Duru les 16es de finale.

Pour le directeur de la performance, il y a donc eu « des prestations positives des Français dans ce début de saison qui va être longue. » Et Stéphane Corbinien d'ajouter : « On travaille déjà sur la deuxième partie de la saison avec l'organisation de l'accompagnement des trois publics. »
Fred Robin sera à Bali dans quinze jours pour la 3e étape du CT sur la vague de Keramas (13-24 mai) et continuer son travail avec l'Elite en vue des qualifications directes pour les Jeux de Tokyo-2020. D'autres techniciens se rendront ensuite fin juillet sur le continent américain pour le QS 10.000 de l'US Open (27 juillet-4 août) et celui du Mexique (6-14 août), qui reste encore à confirmer, lesquels seront déterminants pour la sélection féminine française pour les Mondiaux ISA 2019. Ces Mondiaux ISA seront eux aussi qualificatifs pour les JO 2020 (voir critères de qualifications ci-dessous).
D'autres accompagnements sur les circuit Junior Pro, QS et CT s'ajouteront ensuite au calendrier d'ici la fin de la saison.


Les critères de qualifications pour les Jeux Olympiques 2020

 

 

 

Dernière modification le : 13 mai 2019
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

 ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France BleuLogo mycoachsport noir